et-loader
Return to previous page

Encore une découverrte du répertoire électronique de cette figure méconnue de l’avant-garde japonaise, Toshi Ichiyanagi (1933).
“Shikisokuzekuu-Kuusokuzeshiki” (qui signifierait une forme est le vide – le vide est une forme) date de 1964, c’est un grand fracas électronique, organique et tellurique comme le déchainement d’éléments naturels. Excellent !
“Extended Voices” (1967) version bande seule. Initialement mixte (bande et voix. Cf. le CD de Takashi Matsudaira, “Extended voices”), la version bande seule (et réduite en stéréo) sonne comme une tornade électrique bi-piste où les électrons traversent tous le champ des fréquences.