et-loader
Return to previous page

Stéphane Rives (saxophone soprano) enregistré en octobre 2007.
“Dans mon premier disque solo, Fibres (chez Potlatch), la grande physicalité du son – dans le sens à la fois de la physique et de la corporalité – rendait l’audition instantanément captive de la prédominance des aigus, de l’accumulation des matières et de l’étirement des durées. Il proposait d’entendre un travail en chantier dont la présence assumée du labeur participait du processus même de la musique, s’employait à mettre à l’épreuve la situation de l’écoute en s’imposant sans ménagement par son occupation du temps et du lieu. En outre le processus engendré par la combinaison des facteurs mécaniques et acoustiques propres au saxophone apportait l’ensemble des événements aléatoires recherchés, mais avait paradoxalement le revers de contraindre le champ sonore dans un espace difficilement malléable. Guidé par ce paradoxe, je fus tout d’abord enclin à prolonger au maximum la durée du solo pour en épuiser ses possibilités intrinsèques, mais l’expérience répétée du concert me porta finalement vers une problématique transformée. Ce nouveau solo s’articule moins comme une continuité de Fibres qu’une “introspection” des éléments présents émancipés de leur état aggloméré. La densité discontinue et progressive de cette pièce adjoint au silence une fonction d’interrogation quasi existentielle tout en libérant l’auditeur de son formalisme apparent, lui laissant toute latitude pour replacer son écoute dans un espace et une temporalité qui lui sont propres. Cette autonomie poussant à mon sens vers une accentuation de la tension et de l’attente. Ce solo n’est ni une improvisation ni une composition. Les éléments sonores créés par l’improvisation ne sont pas agencés selon une préméditation compositionnelle mais selon la formalisation d’intuitions issues des expériences des concerts. La pièce a été construite dans un équilibre naturel et continu où les sons semblent s’engendrer les uns les autres à l’intérieur de leurs composantes plastiques – intensité, dynamique, durée, stabilité, épaisseur…” Tirage limité et numéroté de 500 exemplaires.