et-loader
Return to previous page

Entre l’été 2022 et l’automne 2023, Mark et moi avons échangé, chaque mois et par courrier postal, des enregistrements sur bande magnétique. Nous avons essayé de trouver une façon de faire de la musique à partir de la distance qui nous séparait et non pas malgré la distance qui nous séparait (nous habitons à 1000 km l’un de l’autre). Guidés par ce désir, nous avons élaboré le procédé suivant :

– Chaque mois, nous échangeons par courrier un ensemble de bandes magnétiques et ce pendant une année.
– Ces bandes sont enroulées sans bobine, mises en vrac dans des enveloppes individuelles et elles contiennent une dizaine de micro-formes sonores de quelques secondes, sans visée particulière, fruit du travail quotidien de chacun. Une sorte de journal sonore adressé à l’autre.
– Dans le colis, nous glissons un aimant au milieu des enveloppes. Il fera l’ensemble des voyages allers-retours entre Glasgow et Paris et affectera de façon aléatoire l’information inscrite sur les bandes pendant le trajet.
– Chaque bande existe donc sous deux versions : l’une en amont du trajet, que nous conservons numériquement, l’autre en aval, sur la bande affectée par l’aimant.
– Dès l’arrivée du colis, nous extrayons la matière sonore reçue telle qu’elle nous semble la plus pertinente en terme de sens de lecture, vitesse, espace. La transformation opérée par l’aimant durant le trajet consiste essentiellement en une disparition de la matière sonore mais aussi l’apparition d’artefacts nouveaux que nous aimons appeler “fantômes”.
– Chaque bande possède un timecode qui correspond à son horaire de fabrication (nous conservons le chiffre des minutes) qui nous donnera sa position dans la forme finale.

Après un an de correspondance et sans aucune idée du résultat global, ne sachant pas si ce joyeux procédé tendrait plus vers le désastre ou la réussite, nous avons décidé de nous retrouver à Glasgow pour mettre en forme le résultat de ce processus : retravailler ensemble les espaces et les volumes sans autre transformation. L’organisation spatiale, ici stéréo, est le plus souvent abrupte : les enregistrements originaux sont entendus sur une enceinte pendant que leurs versions sur bande ayant fait le voyage le sont simultanément sur l’autre enceinte.

Marc Baron, Hiver 2023