et-loader

Mail-order and distribution formerly known as Metamkine.

Return to previous page

“FRACTALS” (1981)
Composée au GMVL de décembre 1979 à septembre 1981, cette œuvre est une commande de la Fnac.
Les fractals sont ces aberrations mathématiques qui, placées au travers de notre chemin, font de la plus petite des îles une immensité à explorer.
FRACTALS se présente comme une suite de courtes études, toutes réalisées à partir d’une même source sonore. Cherchant dans le son et sa logique une proposition sur laquelle s’élabore une construction, chaque Fractal reste ouvert et n’est qu’un fragment de lui-même.
Les FRACTALS, musiques sculptées en quatre dimensions sont d’immenses microcosmes que seul l’esprit peut habiter. Chaque Fractal peut être considéré sous plusieurs angles, de loin, de près, etc. Certains peuvent s’écouter à différentes vitesses, à l’endroit ou à l’envers.
FRACTALS : musiques amorphes et infinies dont le centre est partout et la circonférence nulle part.
Les FRACTALS existent en stéréophonie (34’32), en 8 pistes pour le concert, et sous forme de « pièces détachées » (voix de mixages séparées pour de nouvelles combinaisons).

“Brain Fever” (2017)
Où que l’on soit, dans la forêt du Sud de l’Inde, l’oiseau Brain Fever, accompagné des Seven Sisters, vous prend la tête, littéralement.
Au petit matin, de jour, ou à la nuit tombée, au milieu des stridulations d’insectes, son chant est à l’image de la vie indienne : sonore, bruyante, insistante, nombreuse, surpeuplée, mobile, grouillante, survoltée, surchauffée, sans répis ni sommeil.
Brain Fever met en résonance des images sonores captées dans la forêt aurovillienne, près de Pondichéry, et de riches fragments d’improvisations réalisées à Lyon sur des dispositifs analogiques de synthèse sonore ou de réinjection tels que je les pratiquais si souvent dans les premiers studios du GMVL.

“Compositeur acousmatique et ornithologue, Bernard Fort poursuit depuis plusieurs décennies une exploration exigeante des sons de la Nature, travaillant sans relâche à établir un dialogue fertile entre le donné et le construit, entre le naturel et le culturel. Les deux œuvres présentées dans ce disque, et séparées de presque 40 ans, illustrent, chacune à leur manière, la passion du compositeur pour la survenance sonore et la grande clarté avec laquelle il sait appréhender son potentiel musical.” François Bonnet, Paris, 2019